Le salon des personnages

    Partagez
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Sam 11 Aoû - 11:20

    Les éléments de l'enquête se dessinent sur le sol où l'assiette s'est brisée. Elle n'était pas vide. Sans doute un voleur pousser par la faim, peut-être armé, sans doute affaibli. Au regard de Dante, il referme la porte derrière lui, et dévoile la cross du colt endormi à sa hanche. Ses doigts se referme dessus lorsque, soudain, paraît une femme – rousse elle aussi – sortie de nulle part. Juste une crispation, mais la situation familière, pour elle, déleste tous soupçons. Ce n'est pas elle, l’intruse. Elle se serait excusée auprès de son maître pour l'assiette gisant sur le carrelage. Alors il monte son index contre sa bouche et lui fait signe de se taire, lui désignant la vaisselle brisée d'un regard bref.

    Derrière le frigo, son souffle se retient. Une voix de femme, et deux pas d'homme. Des adultes. La porte s'est refermée. Il ne faut pas rester là, bientôt ils le trouveront. Mais comment fuir ? Il faudrait une diversion... Que lui reste-t-il dans ses poches ? Tout juste rien, des cartes de tarot, une cigarette cassée et une poignée de cailloux blancs. De quoi étourdir l'un des hommes, sans doute. Mais pas le deuxième, et pas la femme. En retenant son souffle, il se relève, plaqué au réfrigérateur, et arme la corde de sa fronde. Il espère que la pierre est correctement placée sur la corde, sans quoi, elle tombera au premier mouvement balancier. Joshua a toujours eu un meilleur coup de main. La peur paralyse ses doigts, mais il faut tenter. Sur un malentendu...

    Surgit alors de derrière le frigo un drôle de renard. Les yeux et cheveux très noirs, la peau mate, le cou maigres d'un vieil adolescent tout juste adulte, la taille ceinturée d'un foulard jaune pour retenir un pantalon trop grand et usé, et une chemise anciennement blanche - sans doute volée car de meilleur facture - couverte de poussière et de sable. Dans sa main droite, tournoie un instant une fronde qui soudain claque. La pierre a fendu l'air avec le son d'une corde de guitare qui saute, elle est passée trop à droite de Dante, trop à gauche de Sarah, a frôlé Caleb et s'est encastrée dans le bois d'un placard.
    Désarmé, le garçon tente de profiter de l'effet de surprise pour se précipiter par le soupirail par lequel il a réussi à entrer. Si passer la tête est rapide, ses pieds dérapent au moment de faire passer le torse et les hanches et il se retrouve coincé un instant par le poids de son propre corps.

    Caleb reste en retrait, attendant de voir si Dante choisira de laisser filer le voleur ou de le rattraper. En fonction de cela, il le seconde dans ses mouvements et décisions.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 25
    Humeur : cambridgienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Sam 11 Aoû - 12:25

    Cassandre quitte son fauteuil pour grimper sur les genoux de sa mère. Salomé referme ses bras sur elle après avoir recoiffée les mèches folles échappées des tresses de sa fille. Un instant son visage se fait inquiet lorsqu'elle voit Alyosha lever la main vers Yunna mais rapidement la menace s'éloigne. Cassandre observe en silence en suçant son pouce. Bientôt, elle se retourne vers Salomé et avec des yeux de chat regarde la tranche de pain perdu que sa mère a déjà bien entamée. Salomé regarde ce qui lui reste et passe le morceau à l'enfant.

    Cassandre (la bouche déjà pleine): Me'chi Maman!

    Salomé (qui perçoit le malaise d'Alyosha après l'échange avec Yunna, reprend avec douceur): Quatre ans...(elle fait une pause et pense que c'est un peu moins que ce qui séparera Cassandre et son petit frère ou sa petite soeur. Elle ne peut réprimer un sourire). Je crois que c'est l'âge qui séparait Dante de sa petite soeur. (pour Yunna) Je suis sûre que ton frère est super. J'aurai adoré avoir un grand frère mais à la place j'ai eu un petit frère (elle fait une grimace davantage pour faire rire Alyosha et Yunna que pour refléter sa relation avec Noah). Nous avions un an d'écart.

    Salomé s'arrête, écoute Alyosha.

    Salomé: Il... il n'y avait pas vraiment d'école là où nous étions. Nous nous relayons avec Dante pour s'occuper d'elle. Son papa lui apprend à compter et moi à lire.

    Cassandre: Et avec Papi Ezra je fais des dessins!




    Dante fait aussitôt signe à Sarah de se taire. Il lui semble que quelque chose a bougé près du frigo. Au moment où il s'approche une silhouette bondit. Il n'a pas le temps de véritablement la voir. Son cerveau enregistre juste l'image de sa fronde prête à frapper et esquive. Le tir n'est pas si bon, peut-être l'aurait-il raté sans même bouger mais cela Dante ne s'en est pas rendu compte. Il se lance en direction du soupirail, à la poursuite du gamin. Un instant le garçon est moins preste, Dante en profite pour poser sur lui une main puissante et le tirer en arrière. Il tente de le maîtriser mais l'intrus se débat. Dante encaisse sans répondre les coups que le gamin fait voler dans sa tentative pour lui échapper.

    Dante: Tu vas te calmer oui! Personne ne va rien te faire! Calme-t...

    La voix de Dante s'achève dans un grognement alors qu'un des gestes du gosse touche son visage. Son nez craque et sa prise sur le jeune garçon cède, lui rendant sa liberté.




    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Sam 11 Aoû - 13:36

    Alyosha fronce les sourcils à l'évocation de la petite soeur de Dante.

    Alyosha : votre mari a une petite soeur. Tiens, c'est drôle, j'y pensais justement qu'il avait un peu le caractère de Nikolai, mais je croyais que tous les garçons étaient comme cela, sérieux et grognons.
    Yunna : sauf papa !
    Alyosha : sauf papa (elle sourit). J'espère que sa petite soeur n'était pas aussi énergique que celle-là (elle désigne du menton Yunna qui est déjà en train de gigoter sur le fauteuil). En tout cas, les réunions de famille doivent être drôlement animées.

    Yunna est contente qu'on lui donne de l'attention. Elle aime beaucoup Salomé, elle la trouve très belle d'ailleurs, mais n'osera pas le lui dire. Peut-être qu'elle est amoureuse, mais elle n'a pas le droit, alors ça ne doit pas être ça.

    Yunna : Si j'avais un petit frère, je lui apprendrais plein de trucs comme grimper aux arbres et faire des ricochets. Et puis, il fera de l'alto et je ferais du violon.
    Alyosha : Dieu merci, il n'y en aura jamais d'autre.
    Yunna : on ne sait jamais.
    Alyosha : oh si, ton père et moi le savons déjà bien.
    Yunna : ne jamais dire jamais au grand jamais.
    Alyosha : mais c'est qu'elle insiste !

    Et Yunna tire la langue, mais se calme immédiatement quand Alyosha lui fait les gros yeux. Puis, elle reprend sa conversation avec Salomé :

    Alyosha : ah, d'accord, vous êtes en voyage ? Il n'y a pas de garderie ou de babysitter pour vous aider ? Je ne sais pas si vous travaillez aussi, mais si Dante et vous êtes tous les deux occupés, ce ne doit pas être facile (à Cassandre). Et en plus, elle dessine ! Mais décidément, tu as tous les talents.
    Yunna : moi aussi je dessine.
    Alyosha : dessinais.
    Yunna : oui, bon, mais un jour, je reprendrais.

    Alyosha allait répondre, mais elle entend le vacarme dans la cuisine. Elle s'inquiète et remarque seulement maintenant que Caleb a disparu. C'est vrai qu'il était drôlement silencieux. Il a dû suivre Dante.

    Alyosha (un peu inquiète) :vous croyez qu'ils ont besoin d'aide ?
    Yunna : moi, je veux bien aller leur demander.
    Alyosha : ah non. Tu restes là où mes yeux peuvent te voir faire des bêtises.




    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Sam 11 Aoû - 14:26


    Sarah Thelme


       


    Attiré par le geste, son regard passes de leurs lèvres closes d'un doigt, à la hanche de Caleb. Elle pâlit en reconnaissant ce qu' il y cache : un objet qu'elle aurait préféré ne jamais revoir. Un écho effrayant de cette guerre qui a bercé son enfance et qu'elle voudrait oublier. La défaite est encore bien réelle dans son quotidien. Une ombre pesant sur un complexe héritage familial. La tranquille sérénité laisse maintenant place à la défiance. Une méfiance accentué par l'étrange coupe, aux accents militaires, de Caleb. Elle s'interroge. Soldat, peut-être, mais de quel nationalité en ce cas ? Russe, sans doute, si elle se fit aux découpage nouveau de son pays. Elle a apprit à ne pas poser de questions, alors elle garde le silence et s'écarte pour laisser place au militaire. C'est ainsi qu'elle évite le caillou projeté par fronde. Un Scheiße !, surprit, quitte aussitôt ses lèvres, lorsque surgit un homme de derrière le frigidaire. Elle veille à s'écarter de l'affrontement, mais laisse entendre son inquiétude lorsqu'elle entend craquer le nez de Dante. Sarah en oublie son vouvoiement polit.

    - Dante ! Wie geht's ?!

    Elle ne cherche pas à rattraper l'intrus et se maintient à l'écart du conflit, bien qu'un geste de son corps indique qu'elle aurait voulu porter assistance à Dante. L'arme de Caleb l'a refroidit et elle craint désormais, que l'inconnu en porte également une. Elle hésite, mais par précaution fini par s'accroupir derrière la table de préparation en prévision d'éventuel balle perdu. Elle ne se sent pas prête à mourir. Même pour son employeur.



    --- ♱ ---

    Suchen

    La peinture est la face visible
    de l’iceberg de ma pensée.
    - Dali

       
    AVENGEDINCHAINS
       
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Sam 11 Aoû - 16:28

    De ses deux bras fonctionnels, Caleb saisit les chevilles du fuyard qui se tortille tant bien que mal, et le tire un grand coup en arrière. Sous cette prise plus affirmée, le gamin glisse et s'écrase au sol, à plat ventre, le souffle coupé. Les atouts de son tarot s'étalent autour de lui.
    D'un geste vif mais calme, Caleb lui niche la bouche ronde et métallique de son colt derrière la tête, sur la jonction entre la première vertèbre et le crâne.


    Caleb, avec une autorité écrasante, dans sa voix comme dans posture, qui laisse entendre son habitude à rendre sa propre justice : Les garçons honnêtes utilisent les portes, d'ordinaire. (A Dante, souverainement) Quelle est votre politique en matière de voleur ?

    Ledit voleur reste immobile sur le sol : le poids de l'arme sur lui est total. Il le cloue au sol et fait ruisseler sur son corps une sueur terrifiée et sur ses joue des larmes enfantines que l'explorateur remarque en fronçant les sourcils.

    Caleb, en soupirant : Eh, si tu ne peux pas assumer la conséquence de tes actes, ne les commet pas, gamin. Tu aurais pu tuer quelqu'un avec cette fronde.

    Caleb baisse son arme et libère le garçon de son joug. D'une pression de pied sur son flanc, il le pousse à rouler sur le dos et dévoiler son visage, creusé par une peur qui se dissipe à peine, ne sachant encore à quoi s'en tenir. Ses yeux cherchent une trace de clémence sur le visage de Caleb, qui s'est penché pour ramasser l'arcane du bateleur, puis sur celui de Dante dont le nez saigne :  

    Arcade : Pardon ! Je voulais pas ! Pitié ! Je ferai ce que vous voudrez !

    Il mendie ensuite le regard de la femme, espérant qu'elle soit plus facile à attendrir.

    Arcade : Madame ! S'il vous plaît !
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 25
    Humeur : cambridgienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Sam 11 Aoû - 18:07

    Salomé se contente d'un sourire en réponse "aux réunions de famille drôlement animées" évoquées par Alyosha. Elle n'a pas envie de lui avouer que tout ce qu'il y a de leur famille, elle l'a déjà vu, que les autres n'animeront plus rien désormais hormis leurs souvenirs.

    Cassandre (se redressant et avec beaucoup de sérieux): Moi aussi je veux un petit frère. Et aussi un chat, comme Maab.

    Salomé (à Alyosha): En voyage...On peut le dire comme ça. Je suis médecin, et jusqu'à présent je travaillais à bord du zeppelin où mon mari était second.

    Cassandre ne peut retenir un sourire très fier lorsqu'Alyosha souligne ses talents de dessinatrice.

    Cassandre (à Yunna à propos du dessin): Je pourrai t'aider si tu veux.

    Alors qu'Alyosha évoque le départ de Dante et Caleb, Salomé se lève et assoit Cassandre sur le fauteuil où elles se trouvaient.

    Salomé: Je peux vous demander de garder un oeil sur elle, s'il vous plait. Je vais juste voir ce qui se passe en bas et je remonte.




    Dante s'écarte du gamin dans un juron, son nez entre ses mains. La chaleur du sang les macule bientôt et ce n'est que lorsqu'il bascule sa tête en arrière pour tenter de diminuer l’hémorragie qu'il prend conscience que c'est bien une arme à feu que Caleb pointe sur la nuque du voleur.

    Dante: je ne pense pas que votre revolver soit vraiment utile... et croyez moi, vous n'avez pas envie d'expliquer à Salomé pourquoi vous tenez en joue à bout portant un mioche...

    Il attend que Caleb range son arme.

    Dante (à Sarah cette fois): Passe moi un torchon avant que je foute du sang partout... (puis au voleur) Tu sais que tu as une bonne droite pour un sale gosse...

    Dante le toise un moment avant de pousser un profond soupir lorsqu'il entend des pas rejoindre la cuisine. La porte s'ouvre bientôt sur le regard vert de Salomé qui reste un instant sur le pas de la porte, interdite.

    Salomé: Qu'est-ce qu'il s'est passé ici?! (à Dante qui lui fait signe de sa main valide que tout est sous contrôle) Tu t'es encore fait casser le nez? Mais c'est une vraie habitude chez toi! Je ne peux vraiment pas te laisser seul!
    Dante (dans un soupir): c'est juste la quatrième fois...
    Salomé (en levant les yeux au ciel puis reposant son regard sur Arcade et son air terrifié): Vous ne pensez pas que vous lui avez fait assez peur?

    La jeune femme rejoint son mari et s'agenouille à côté de lui pour regarder l'état de son nez. Elle le mobilise un peu, provoquant chez Dante une grimace de douleur.


    Salomé
    (en attrapant le torchon pour faire à nouveau pression sous le nez du blessé alors qu'elle fait basculer sa tête en arrière de sa deuxième main.): il n'y a pas de déplacement avec la fracture. (elle se tourne alors vers Sarah) ça va aller? Tu n'es pas blessée? (puis pour Arcade) On va tous remonter au salon et si tu veux, là haut il y a de quoi manger...sans voler.
    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Dim 12 Aoû - 13:40

    Alyosha (fronçant les sourcils) : en… zeppelin ?
    Yunna (toute excitée) : trop cool, j’ai toujours rêvé de voler ! Vous m’emmènerez un jour ?
    Alyosha : Mais où as-tu appris le mot zeppelin toi ?
    Yunna (avec un sérieux qui fait sourire) : Oh, ben je suis pas inculte maman. Je connais Led Zeppelin quand même.

    Alyosha se retourne à nouveau vers Salomé.

    Alyosha : mais ce ne doit pas être simple d’être en voyage tout le temps. Ca ne vous manque pas d’avoir un chez soi ? Qu’est-ce que je trouverais cela stressant personnellement. Vous avez bien du courage de suivre votre mari dans ses escapades.

    Yunna (à Cassandre) : ah ouais, tu sais dessiner quoi ? Moi je veux savoir dessiner des… vélociraptors ! C’est des raptors qui font du vélo. Tu sais ce que c’est des raptors ? C’est des gros lézards avec des griffes et des dents et qui sont méchant mais moi je veux les apprivoiser et j’en aurai un et on fera du vélo ensemble.

    Quand Salomé propose à Alyosha de garder les filles, celle-ci aquiesce sans mot dire. Elle espère que rien de grave ne s’est passé en bas.
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Mer 15 Aoû - 7:18


    Sarah Thelme


       


    Sarah perd toute couleur face au geste de Caleb. L'arme posé sur la nuque de l'enfant, lui fait bien plus violence, que ne l'aurait pu la fronde ou le nez à nouveau cassé de Dante. L'implacabilité qu'elle perçoit dans la posture, l'inquiète suffisamment pour lui faire garder le silence. Cette justice lui la glace par l'impuissance, qu'elle lui fait ressentir. Elle pressent que sa parole n'aura que peu de valeur dans le jugement : comme cela l'était dans ses rapports familiaux. Alors elle détourne le regard d'Arcade, lorsqu'elle l'entend l'implorer. Il n'avait pas besoin de mots pour l'attendrir. Mais elle n'avait pas de réponse à donner, autre qu'un regard suppliant pour Dante. Sarah préfère se délester de cette charge sur les épaules de l'autorité du café. Elle ne prend pas partie, car elle veut pas de la culpabilité qui peut en découler. Que le choix soit fait par un autre, cela arrange bien sa conscience. Un soupire de soulagement quitte néanmoins ses lèvres, lorsqu'elle entend Dante. L'allemande se relève alors avec précaution, pour se saisir du torchon.

    -Ja. Il ne vous a pas raté. Salomé ne vas ...

    Sarah ne prends pas la peine de terminer sa phrase en entendant les pas de Salomé. Tout deux savent très bien ce qui en découlera. Les mots sont inutiles pour exprimer l'évidence de la réaction à venir. Alors elle s'écarte pour laisser place aux gestes précis du médecin. Elle adresse un regard méfiant en direction de Caleb, dont elle se passerait désormais bien de la présence puis répond sobrement à l'épouse.

    - Ja. Mir geht's gut.

    Sarah hésite à en dire plus. Bien qu'elle ne souhaite pas d'ennuie, elle ne peut garder pour elle ce qui s'est passé. Sa blancheur charnel trahit son intranquillité. Alors elle reprend d'une voix, volontairement basse pour n'être entendu que de Salomé.

    - J'ignore s'il est soldat, mais le client à une arme à feu. Russe ou non, cela me met mal à l'aise. Je ne veux pas d'ennuie.


    --- ♱ ---

    Suchen

    La peinture est la face visible
    de l’iceberg de ma pensée.
    - Dali

       
    AVENGEDINCHAINS
       
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Jeu 16 Aoû - 10:26


    Caleb s'attendait à la réaction de Dante, mais c'est celle de Sarah qui l'intéresse le plus. Une souris, apeurée et d'une certaine lâcheté. Cette lâcheté bien à soi qui fait qu'on détourne le regard plutôt que d'affronter ses propres responsabilités, et ses propres impuissances. Il n'avait cependant pas besoin des paroles de Dante pour ranger son arme. L'effet était tout ce qu'il voulait obtenir, et mieux vaut ne pas en abuser. On finirait par se rendre compte que son arme n'est pas chargée, sa dernière balle ayant finit sa course dans la gueule d'un tigre.
    Pendant que Salomé s'occupe du nez cassé de Dante, Caleb achève son examen de la lame de tarot. Ce jeu de cartes lui est trop parfaitement familier. Un même cartier, sans doute. Oui mais seulement... La tâche brune sur la carte de la maison de dieu. Il se baisse à nouveau, sous le regard inquiet du garçon, pour ramasser la carte. Il la reconnaît, comme il reconnaît son sang lorsqu'il le voit. Comment ce gamin s'est-il retrouver en possession des atouts de la sorcière des ombres ?

    Arcade, quant à lui, aimerait bien qu'il arrête de tripoter les cartes de sa mère. Elle n'aime déjà pas qu'il les lui emprunte pour distribuer la bonne aventure, si en plus elle les retrouve plus abîmées qu'elles ne le sont déjà, elle ne manquera pas de le lui faire sentir.
    Il n'est pas sûr de savoir comment interpréter la remarque de Dante sur son coup leste, et garde le silence, n'osant pas contredire. Le jeune voleur sait très bien que, s'il avait voulu le frapper ainsi, il n'aurait pas réussi. Comme il n'avait rien su viser avec sa fronde. Une chance, l'aubergiste ne lui en tient pas rigueur, sa femme non plus alors qu'elle surgit. Ce qui n'échappe pas à Arcade, c'est que cette femme est protégée. Pas juste physiquement, on protège son jugement qu'on respecte et ses décisions qu'on suit. Sarah aussi lui confie quelques paroles en toute discrétion. C'est sans doute elle qui à le dernier mot ici. Alors, quand elle l'invite à monter pour manger gratuitement, Arcade n'est pas mécontent d'être dans ses bonnes grâces.
    Il essuie ses yeux dans un pli de sa chemise, et hésite devant la main sûre que lui tend Caleb pour l'aider à se remettre sur pieds. Clairement, l'homme devant lui est le plus dangereux de cette pièce, mais c'est aussi le seul à porter des vêtements faits sur mesure, et donc, le plus riche. Quoi que la prothèse de Dante doit valoir son pesant d'or dans le genre, également... Mais ça serait un larcin bien moins discret : on ne vole pas un bras si facilement. Alors Arcade inspire, comme pour se moucher, mais c'est avant tout pour se donner du courage. C'est maintenant ou jamais, pendant que celui qui ne peut être qu'un de ces aristo de vieille noblesse, blindés de titres fonciers, a baissé sa garde, troublé par le tarot.
    Arcade accepte sa main tendue, lui saisit le poignet, se relève en pesant sur son bras pour le forcer à investir tout son poids et son attention sur son côté droit. Une fois debout, il fait mine de trébucher et s'affaisse un moment contre le bras gauche de l'homme, l'obligeant à changer d'équilibre. Arcade l'a vu, Caleb est droitier, il rangera ses objets de valeur dans sa poche droite. Maintenant que sa diversion tactile est en place (redoutablement efficace d'ailleurs, peut-être l'homme a-t-il une côte fêlé ou une douleur musculaire sur son flanc gauche ?), il n'a plus qu'à glisser sa main dans la brèche ouverte. La poche est offerte, sans défense, tout comme la montre à gousset qui y somnole. La décrocher est un geste facile pour qui y est habitué, et en quelques secondes, de sa mains à sa manche, elle a changé de propriétaire. « Ça, c'est pour le flingue et le tarot ! » pense-t-il, alors qu'il se retourne pour remercier Salomé d'un sourire tendre, un brin charmeur, mais surtout gonflé de la fierté de sa petite revanche. Sarah, Dante et cette femme qui lui offre sa protection n'ont rien pu voir, occupés par le nez cassé et les chuchotements de la serveuse. Il n'a plus qu'à se pencher pour ramasser le reste de ses arcanes répandu sur le sol, reprendre celle que Caleb lui tend, et les ranger dans sa poche. Sa poche étrangement vide. Sa main se resserre sur l'absence de cailloux qu'il avait précédemment ramasser sur le chemin en vue étourdir à la fronde un ou deux moutons. Ses yeux noirs tombent sur Caleb, scandalisés. Ça ne peut-être que lui. L'homme soutient son regard, avec un pli moqueur épinglé au coin des yeux.
    Une montre contre des cailloux blancs, certes, c'est de bonne guerre. C'est d'avoir été berné qui le froisse. Oh et puis ! Très bien ! Si c'est un jeu, alors que la partie commence ! Une fois mais pas deux, Arcade sera plus attentif désormais.
    Le gamin s'approche pour suivre Salomé à l'étage. Il ignore royalement Dante en passant à côté de lui : la vue du sang ne lui a jamais réussi.


    Fermant la marche, Caleb s'approche de l'aubergiste et lui glisse à voix basse.

    Caleb : Méfiez-vous, vous et votre femme, de vos objets de valeur et de vos poches. Le gamin vient de me voler ma montre.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 25
    Humeur : cambridgienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Jeu 16 Aoû - 15:59

    Les mots de Sarah font glisser le regard de Salomé vers Caleb. L'explorateur a aidé l'adolescent à se relever et ne semble pas menaçant à son égard. Bien sûr, elle préférerait qu'il ne soit pas armé sous son toit mais le savoir en possession d'une arme ne la remue pas comme Sarah. Quelque chose chez cet homme qu'elle ne s'explique pas la pousse à lui faire confiance et elle sait que Dante ressent la même chose. Cela lui suffit. Sa guerre a laissé Sarah pleine de craintes inutiles. La rousse relève les yeux vers l'allemande et lui offre un de ces regards qui ressemblent à ceux qu'elle donne à Cassandre lorsqu'elle a fait un mauvais rêve.

    Salomé (pour Sarah à voix basse): Ne t'inquiètes pas. Tout ira bien. Je suis sure qu'il ne te fera aucun mal.

    Dante a suivi l'échange entre les deux femmes, son nez toujours enfoui dans le linge qui a perdu de son blanc virginal. Il se demande si Sarah a déjà découvert la cache où se trouve son fusil derrière le bar. Il ne saisit pas bien cette peur qui la marque... Peut-être est-ce parce que lui est passé au-delà? D'une zone grise où elle ne sert plus à rien et dont il n'est pas pleinement revenu? Enfin, pas pour lui-même. Dire qu'il n'a pas peur serait mentir. Il connait encore la peur. Pour Cassandre, pour Salomé, mais la vue d'une arme à feu le laisse indifférent tant qu'elle ne se fait pas menaçante pour les siens. Il prend une profonde inspiration. Il ne l'avouera pas mais sa tête tourne. Pour un vulgaire coup dans le nez... Il a vraiment vieilli. Cette première pensée le ferait presque sourire si elle n'appelait pas derrière elle une autre réalité. L'emprise que les camps de travail ont laissé sur son corps l'ont usé plus vite qu'il n'aurait du. Il le sait. Saly aussi et c'est peut-être pour cela qu'elle cherche maintenant son regard non sans inquiétude. Derrière le torchon qui mange la moitié de son visage, il sourit pour la rassurer et elle doit le voir dans ses yeux car bientôt elle l'aide à se relever. Elle se place sous le poids de sa prothèse inerte pour lui offrir un appui dont il aurait peut-être pu se passer sans les vertiges qui lui brouille la vue. Il retient un "putain" plus pour la situation que pour Arcade qui vient de passer devant lui et semble reprendre ses esprits lorsque Caleb lui parle. Il ne répond cependant pas et acquiesce simplement dans un nouveau soupir. Tant que le gosse ne vole pas M. Carotte... Dante est prêt à se montrer clément.

    Bientôt le petit groupe réapparaît dans le salon. Cassandre voit d'abord apparaître Sarah et sans laisser à Alyosha le temps de réagir, elle saute du fauteuil et trottine jusqu'à la serveuse.


    Cassandre (en pointant du doigt Yunna): Sarah! Sarah! Sarah! Yunna elle veut dessiner un gros lézard qui fait du vélo! Tu lui apprends? Et elle aussi elle veut faire du vélo et de la peinture!!!! Comme toi!

    La petite fille se détourne de Sarah quand passe à  côté d'elle la silhouette de Caleb. Elle lui adresse un grand sourire qui se termine dans une grimace amusée mais lorsqu'elle se tourne vers ses parents, Cassandre perd son sourire.


    Cassandre
    (dans un cri): Papa!!!!

    Salomé (d'une voix rassurante): Ce n'est rien Cassy, Papa s'est fait un peu mal. Je le soigne et après tu pourras lui faire un bisou qui guérit tout. (elle désigne Arcade du menton à sa fille) Tu veux bien lui donner du pain perdu, s'il te plait mon ange?(puis à Sarah) Tu veux bien la garder à l'oeil le temps que je m'occupe de Dante?

    Cassandre pose ses grands yeux bleus sur Arcade et comme elle l'a fait plus tôt pour Yunna, lui tend la main pour le mener vers Alyosha et sa fille, au royaume du goûter.


    Salomé n'attend pas la réponse de Sarah et aide Dante à s’asseoir sur un des vieux canapé en cuir du salon.

    Salomé (avec plus de douceur maintenant qu'ils sont à l'écart): Il faut vraiment que tu fasses attention Dante...

    Dante (dans un grognement): je ne suis pas certain de l'avoir fait exprès...

    Salomé lui retire le torchon et fait à nouveau basculer sa tête en arrière.

    Salomé: Je vais te poser des mèches.

    Le barman acquiesce et ne bronche pas tout le temps où sa femme s'occupe de son visage. Lorsque cette dernière a enfin fini, et qu'elle a jeté le torchon ensanglanté, elle récupère le matériel de mécanique avec lequel elle entretient la prothèse de Dante et lui demande de retirer sa veste et son t-shirt. Il s'exécute sans un mot, le regard baissé, pas tout à fait à l'aise lorsqu'il dévoile ses tatouages et les cicatrices qui marquent son corps abîmé. Le métal de sa prothèse remonte jusque sur son épaule droite et ronge une partie de sa clavicule et de son pectoral. A la jonction entre le métal et la chair, la peau oscille entre le rouge et le rose. Sa texture ressemble à celle d'une brûlure mal cicatrisée. Cette couleur de chair meurtrie se retrouve à d'autres endroits de ce corps cassé et réparé. Une balafre sur le flanc attire en particulier l'oeil alors que son trait violacé remonte dans le dos du barman et déforme les motifs tatoués non loin. Salomé, habituée à ce torse ne semble pas y voir quoique ce soit de surprenant. Elle s'assoit en tailleur à côté de son mari, pose sa prothèse sur ses genoux et attache ses cheveux en un chignon maladroit avant d'attraper un premier tourne-vis. Prise à son ouvrage, elle ne remarquera pas les regards des autres personnes présentes. Dante lui les sent peser sur lui. Il se risquera néanmoins à un sourire désolé pour le spectacle qu'il offre vers Caleb et Alyosha.
    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Jeu 16 Aoû - 19:14

    Yunna fait une moue ennuyée lorsque Cassandre la quitte pour aller trouver Sarah. Elle voulait vraiment dessiner. Mais déjà, elle remarque que le groupe s'est agrandi grandi d’un garçon plus âgé qu’elle qui lui paraît très sympathique et d’une autre belle jeune femme rousse.

    Yunna : mais tout le monde est beau et roux ici !

    Alyosha fait les gros yeux vers Yunna pour lui signifier que ça ne se fait pas de faire de telles remarques et Yunna rentre les épaules instinctivement à la réprimande. Ce n’est que lorsque Cassandre s’inquiète de l’état de son père que la mère et la fille voient que Dante saigne du nez. Toutes deux sont inquiètes, mais Alyosha la première vient vers eux, tout en restant à bonne distance pour ne pas gêner :

    Alyosha (agitant les bras comme pour expulser l’inquiétude) : mais que s’est-il passé ? Mon Dieu, rien de grave j’espère ? Mais qu’êtes-vous aller faire en bas ? Vous êtes tombé ?

    Tout cela est tellement inquiétant. Elle aurait bien envie d’une cigarette, mais elle n’ose pas en sortir une. Les enfants… Alyosha laisse Salomé poser son diagnostic, puis les regarde s’éloigner. Elle va serrer la main de Sara si elle la lui tend en retour et se présente succintement :

    Alyosha : Bonjour madame, je suis Alyosha, et voici ma fille, Yunna. Nous ne sommes que de passage ici, c'est ma fille qui... (elle se souvient) voulait écouter du violon à la base et de fil en aiguille... Et vous donc, que faites-vous ici ?

    Elle n’embête pas Arcade qui est déjà pris en charge par Cassandre. « Décidément, elle devrait se faire rémunérer pour ses bons services cette petite », pense Alyosha avec tendresse.

    Alyosha (à Caleb) : eh bien, il s’en passe des choses ici, ça n’arrête jamais. Mais et vous, vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? Je n’avais rien entendu avec l’autre… énergumène (elle pointe Yunna du menton), mais il semblerait que ç’ait été toute une aventure en bas.

    Et puis, Dante retire son T-shirt. Alyosha ne dit rien, mais elle trouve cela un peu indécent devant sa fille. Enfin, il faut le soigner oui et Yunna, elle en verra sûrement beaucoup des torses masculins quand elle sera en âge, mais tout de même. Son visage pâlit quand elle remarque les nombreuses cicatrices et surtout les tatouages. « Pas un membre de gang, j’espère ». Et soudain, cet endroit qui lui avait paru si familier, si accueillant, devient plus inquiétant. On ne savait jamais vraiment l’histoire des gens avec qui on discutait et ce fait lui explose en plein visage.
    Yunna avait pris la même teinte que sa mère, mais sa réaction est totalement différente :


    Yunna (s’approchant de Salomé et s'adressant surtout à elle) : olalah, mais ça a l’air grave. Mais il faut le soigner. Vous allez l’aider ? Ca a l’air de lui faire mal. Il ne faut pas, c’est terrible, vous allez…

    Alyosha agrippe le bras de Yunna, elle serre même un peu trop quand elle la tire et Yunna gémit à cette pression.

    Alyosha : Ca suffit, pousse-toi ! (elle la tire derrière elle comme si Dante pouvait lui faire du mal, mais ne mentionne pas ce qu’elle a vraiment en tête) Il faut… les laisser travailler. Tu vois bien qu'ils ont besoin d'espace et que Salomé est tout à fait apte de s'occuper de lui.

    Elle avait vraiment besoin de cette cigarette.
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Mar 21 Aoû - 9:41


    Sarah Thelme


       


    Sarah s'efforce de ne pas en prendre ombrage, bien que le regard de Salomé, lui laisse le sentiment d'être infantilisé. Encore. Comme un écho à ceux de son père, qui accompagnent chacune de ses prises de positions.

    -Ja, ich weiß.

    Elle la sait bienveillante. Mais elle ne peut éloigner les angoisses née de la complexité de son héritage. La défaite et la révélation des horreurs d'Hitler, ont ébranlé son identité déjà fragilisé. Sarah qui peine à se définir, s'est détaché de son pays. Plus que de l'amitié, c'est le sentiment commun d'être sans-patrie, qui la lie probablement au couple.

    Elle jette un nouveau regard à Caleb, en se relevant. L'arme à feux lui rappelle le nazisme qui hante sa famille. Une symbolique qui fait renaître en elle, des tensions et culpabilité dont elle se serait bien passé, pour faire son service. N'en déplaise au fusil du bar, découvert quelques mois auparavant. Alors son agacement s'exprime par ses gestes plus secs d'ordinaire, lorsqu'elle remet en place son tablier. L'allemande, retrouve néanmoins un sourire de circonstance, pour entamer son travail en salle.

    En voyant l'enfant accourir, Sarah caresse ses cheveux avec affection et adresse un sourire à Yunna.

    -Cassandre, Schätzchen, je dois travailler. Nous en parlerons plus tard.

    Elle laisse alors l'enfant pour Alyosha. Elle prend son calepin et se dirige vers elle. La chaleur naturelle qu'elle dégage, est celle d'une serveuse. Elle s'apprête à lui poser l'habituelle question de la commande, quand la présentation de l'inconnu la prends au dépourvu. C'est la première fois qu'une cliente tient à se présenter de la sorte. Alors elle sert maladroitement la main d'Alyosha, par habitude à l'extérieur. Il lui faut quelques instants pour reprendre son rôle. Cela s'en ressent dans sa voix.

    -Ich..Sarah. Serveuse.  Je venais m'assurer que l'on avait pris votre commande.

    Concentré sur son travail, elle ne prêtera pas attention au torse nue de Dante. Elle connaît quelques unes des blessures de cette famille, pour en avoir discuté après ses services, avec Salomé.

    Spoiler:
    Merci pour votre patience et mes excuses pour la bancalité de la réponse.


    --- ? ---

    Suchen

    La peinture est la face visible
    de l’iceberg de ma pensée.
    - Dali

       
    AVENGEDINCHAINS
       
    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Mar 21 Aoû - 12:30

    Spoiler:
    Ce n'est pas bancal, c'est juste Sarah. Pas d'inquiétude, on n'est pas pressées.
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Mar 21 Aoû - 13:31

    Spoiler:
    Merci. C'est adorable.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Jeu 23 Aoû - 8:53

    A peine remonté des cuisines au salon, Arcade découvre avec un fond d’inquiétude les personnes présentent au salon. Mais ce sentiment disparaît bien vite : hormis Caleb et Dante, il n'y a que des femmes et des enfants. La serveuse n'aura rien d'intéressant sur elle, ayant un vestiaire pour se défaire de ses atours personnels. Salomé et Dante doivent garder leur effet ailleurs eux aussi. La femme qui se présente comme s'appelant Alyosha, elle, en revanche... Une cliente, donc elle est entrée ici avec de l'argent. Et sa fille. Elle semble facilement excitable, émotive, assez exubérante dans sa gestuelle, extravertie. Les gestes sont amples et francs. Arcade se dit qu'elle a un profil profitable. Lui faire les poches ne sera pas dur, la duper non plus.
    Pour l'heure, c'est une très jeune fille, quatre ou cinq ans, qui lui prend la main pour l'amener vers une assiette de pain perdu. Le jeune garçon se laisse faire sans broncher, et son visage perd son sérieux inquiet pour retrouver une mobilité joyeuse. Ses yeux noirs rejoignent le regard exalté de Yunna alors qu'il s'assoit non loin d'elle.


    Arcade : Ah, mais saute vite aux généralités, je ne suis pas roux moi ! Toi non plus d'ailleurs !

    L'adolescent se sert ensuite un bout de pain perdu. Il tente de mettre le temps pour le manger, de ne pas paraître affamé. Mais le fait est qu'il a trop eu faim ses derniers temps, et cela se ressent dans sa façon de ne pas attendre d'avoir vider sa bouche avant d'enfourner la prochaine fourchetée.
    La seule chose qui suspend ses gestes, un moment, c'est ce torse que Dante dévoile. C'est une vision qui lui pèse immédiatement, qui pourrait l'étouffer s'il n'y prenait pas garde. Mortifère. Alors il sourit et un rire lui échappe, comme une pièce qui tombe sur une rue pavée. Bref, clair, pur. Nerveux. Il espère vraiment que Joshua le retrouvera. En attendant il commence à trier et réorganiser l'ordre des cartes de son tarot. Une façon de s'occuper l'esprit et les mains, et de mettre un objet entre le monde et lui.

    Caleb rend à Dante un regard presque fraternel, mais de cette fraternité qui, si elle naît aussi dans le sang, naît de celui des corps qui saignent, des peaux qui se retroussent, des plaies comme des bouches suturées, des bordures comme des lèvres closent et monstrueuses. Il n'a pas besoin d'imaginer ou de deviner l'origine des souffrances du corps de Dante. Il lui suffit d'user un peu de sa mémoire pour que renaisse brûlure, griffure et perforation. Il aime pourtant ces souvenirs. Ce sont les blessures qui ne laissent aucune marque physique qui lui déplaisent. Il serait pas ailleurs curieux d'approcher de plus près cette mécanique d'orfèvre, mais ce serait être trop proche.
    Alyosha le tire soudain de ses pensées, de façon salutaire sans doute.

    Caleb : Plus de peur que de mal, madame. Il semblerait que le gamin ait eu faim sans avoir de quoi payer. Lorsque nous l'avons surpris, il a pris peur et, dans l'agitation, il a frappé Dante, plus par accident que pas ingéniosité. Il ne manquera pas de remercier nos hôtes de leur générosité, j'en suis certain.

    L'avertissement dans le ton que Caleb emploie n'échappe pas à Arcade qui rentre quelque peu la tête dans les épaules, comme pour s'assurer que le canon du colt ne retournera pas se nicher contre sa nuque.
    L'agitation soudaine de Yunna aura eu tendance à agacer Caleb. S'il ne dit rien, il s'en retourne vers la table où est posé l'écrin de Sail et sort de sa poche un paquet de cigarette. Il se tourne ensuite vers Salomé, une clope en équilibre entre ses lèvres :


    Caleb : Où puis-je fumer sans vous incommoder ?

    Le vous est large, et désigne en réalité l'ensemble des personnes présentes. Mais c'est à la maîtresse de maison qu'on adresse ce genre de question quand on bien éduqué.

    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 25
    Humeur : cambridgienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Ven 24 Aoû - 21:08

    Cassandre masque mal la déception que suscite chez elle la réponse de Sarah. Elle voulait vraiment dessiner des raptors avec elle... Dans une moue boudeuse elle guide Arcade jusqu'à Yunna et la nourriture et lorsqu'il s'est servi disparaît pour rejoindre son père. Elle est sûre qu'un câlin lui fera du bien. Alors elle escalade ses genoux et avec l'aide du bras libre de Dante vient se blottir tout contre lui. Le barman y voit un geste aussi tendre qu'il le soulage quelque peu. Cassandre masque en effet pour quelques instants son torse et son dos dont les cicatrices et tatouages n'effraient que ceux qu'il ne connaît pas. La petite reste dans les bras de son père et en suçant son pouce, regarde avec attention des pinces et tournevis qui défilent dans les mains de sa mère.

    Dante ne dit rien, il observe Salomé faire. Elle touche un fil et une légère décharge électrique secoue sa prothèse, débloque un rouage que le coup dans le mur avait décalé. Lorsqu'il relève les yeux, son regard croise celui de Caleb. Ils se comprennent dans cette fraternité des souffrances et des stigmates, tous deux sont des livres à la couverture bien abîmés. En revanche, ce qu'il voit tant chez Yunna que chez Alyosha lui fait violence. Chez la fille, c'est la pitié spontanée qu'il inspire, chez la mère, la crainte qu'il suscite. Il aimerait dire quelque chose mais ne sait pas quoi, alors il prend une profonde inspiration et tente de se remémorer ce qu'aurait pu penser sa mère en voyant le corps qu'il a aujourd'hui. Pitié? Peur? Dégoût? Peut-être les trois en même temps. Il caresse simplement les cheveux de Cassandre qui commence à s'endormir et ne dit rien. Il n'y a rien à dire parce qu'il est persuadé qu'elles ne pourraient pas entendre.

    La question de Caleb fait relever le regard de Salomé. C'est alors qu'elle perçoit celui d'Alyosha. Une part d'elle même se révolte face à ce qu'elle croit y lire, cette peur empreinte de rejet, mais elle se raisonne rapidement en se demandant comment elle réagirait face à Dante si elle n'était pas médecin et ne le connaissait pas comme elle connait. Aussi, se contente-t-elle de répondre:


    Salomé (à Caleb d'abord): Dante fume sur le porche d'habitude. Il est protégé. (puis pour Yunna, mais non sans jeter un regard vers Alyosha), Ne t'inquiètes pas... Il va bien maintenant. Tout ce que tu vois, les tatouages et les cicatrices cela date d'un temps où les gens de notre pays ont fuit la guerre... C'est cela que raconte son corps.

    Dante n'ajoute rien. Pour lui il n'y a toujours rien à ajouter.
    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Ven 24 Aoû - 23:49

    La réponse de Sarah surprit autant Alyosha par sa froideur que par l’évidence qu’elle n’avait pas notée. Elle avait tellement l’habitude d’y voir un endroit familial qu’elle en avait oublié qu’elle était dans un bar :

    Alyosha (confuse) : ah, euh oui, évidemment, suis-je bête, l'uniforme et le calepin. Mmmh, eh bien, nous avons déjà été servies, je vous remercie.
    Yunna : moi, je prendrais bien une glace.
    Alyosha : tu as déjà mangé.
    Yunna : oh oui, mais juste un petit bout.
    Alyosha : allons, arrête d’embêter ton monde pour une fois.

    Yunna est un peu surprise de la familiarité d’Arcade qu’elle apprécie immédiatement. C’est simplement qu’elle est habituée à la politesse russe qui ne lui a jamais vraiment convenu.

    Yunna : ah ouais, t’as raison (elle se passe instinctivement une main dans sa tignasse blonde), mais c’est juste que j’en ai pas vu beaucoup. Y en a beaucoup des roux chez toi ?

    Alyosha hoche la tête en écoutant Caleb parler. Elle écarquille légèrement les yeux lorsqu’elle comprend que c’est Arcade qui a cassé le nez de Dante et jette un œil au gamin qui avait plutôt l’air d’un gringalet à ses yeux jusqu'à présent.

    Alyosha : C’est lui qui…? Il doit avoir une sacrée force cet enfant, dites-donc. Je n’aurais pas cru…

    Alyosha est un peu rassurée en voyant Cassandre aux côtés de son père. Elle n’avait de toute façon reconnu aucun tatouage qui puisse appartenir à un gang qu'elle connaisse. Cependant, elle sait qu’un chef mafieux peut caresser sa fille d’une main et jeter un sac poubelle contenant les morceaux d’un rival de l’autre, elle a entendu les histoires. Aussi, même si son cœur est soulagé, sa vigilance n’est pas complètement éteinte. Yunna écoute avec attention les propos de Salomé, elle s’est entre-temps dégagée de l’étreinte de sa mère, mais reste un peu derrière elle.

    Yunna : Ah, c’est comme un livre en fait. Mais un livre très triste alors. (Elle montre la plus grosse cicatrice). Celle-là, elle raconte quoi ?

    Alyosha est très gênée par le ton direct de Yunna, à la fois parce qu’elle trouve cela déplacé, parce qu’elle n’est pas sûre que sa fille soit prête à entendre ce genre d’histoires, mais aussi parce qu’elle a un peu peur de ce qui se cache sous la surface. Elle aime beaucoup ces gens, les souvenirs, c’est dangereux.

    Alyosha : allons, arrête de les embêter. Et cesse de pointer les gens du doigt.
    Yunna : mais maman, c’est comme les livres, elle a dit. Il faut lire les livres, sinon personne peut raconter leurs histoires (elle jette un coup d'œil à Dante). En plus, c’est un livre qui parle pas, il faut le dire pour lui, pour nous c’est plus facile.

    Alyosha reste bouche bée. Elle ne sait pas quoi répondre à la remarque de sa fille. Elle s’accroche à autre chose, Caleb avait posé une question, oui, le porsche, fumer.

    Alyosha : je, je crois que je vais vous accompagner si vous le permettez.

    Elle n’avait même pas remarqué qu’elle avait déjà la cigarette dans la bouche. Yunna la regarde un peu bizarrement. Alyosha a l’impression d’être jugée, mais elle ne sait pas si c’est vrai ou si c’est sa propre paranoïa. Ca ne va prendre que quelques minutes, mais sa fille fait toujours n’importe quoi sans elle. Elle en a trop besoin, mais n’arrive pas à perdre cette sensation d’être une mauvaise mère. Il ne faut pas fumer, elle ne devrait pas. Elle fume trop.

    Alyosha (à Salomé) : je… je vous la laisse, je n’en ai vraiment pas pour longtemps.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Jeu 6 Sep - 10:03

    Spoiler:
    Caleb commence à vraiment avoir envie d'aller fumer :p
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Jeu 6 Sep - 10:21


    Sarah Thelme


       


    Sarah ne s'était pas ressentit froide dans le ton, le geste, la voix, jusqu'à la réponse confuse d'Alyosha. Une confusion qui fait écho à celle qui l'habite depuis son arrivée, sans qu'elle ne puisse en reporter la faute, sur le gosse de la cuisine. L'arme seule de Caleb n'y suffit pas non plus. Elle en a déjà vue plus d'une. Manipulé aussi. Comme une enfant qui veux voir, veux imitier. Dans le fond le Russe de ne la dérange pas tant que ça. Sa présence remets simplement en lumière des questions auxquels elle n'a pas de réponse. Auxquels elle voudrait ne pas avoir à trouver ces réponses qu'elle sait nécessaire, pour finir de se construire.

    L'angoisse intimidante qui la tient ce soir, était présente bien avant le café. Elle avait peut-être commencé dans la voiture ou bien avant. La nuit dernière sans doute. Lorsqu'elle avait dit oui. Et lorsqu'elle avait ensuite réalisé qu'il faudrait l'annoncer. En parler. Le faire accepter. Sarah allait se marier avec Jore.

    Elle attends que Salomé en ai terminé avec Dante, et passe à proximité du bar où elle a entreprit de nettoyer les verres pour se calmer.
    - Salomé, j'aurais besoin de te parler de quelque chose. Peut-être à la fin du service ? C'est à propos de Jore...

    Elle espère que le couple aura un peu de temps à lui accorder. Pour en discuter. Surtout Dante peut-être. Bien qu'elle ai de l'affection pour la jeune mère, c'est pourtant de lui dont elle se sent le plus proche.



    --- ? ---

    Suchen

    La peinture est la face visible
    de l’iceberg de ma pensée.
    - Dali

       
    AVENGEDINCHAINS
       
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Sam 8 Sep - 13:47

    Caleb ne répond pas quant à la force d'Arcade. Il n'a pas envie d'inquiéter davantage Alyosha en lui disant que c'est avec le pied que le coup à casser le nez. Il faudrait expliquer la confusion, le soupirail, et ça l'ennuie déjà. Il se contente d'un haussement d'épaules, l'air de dire : « les apparences, ma bonne dame... ».

    A Salomé qui lui indique le porche :

    Caleb : Je vais suivre cette habitude. Veuillez m'excuser.

    Il va pour sortir quand il remarque Alyosha clope au bec elle aussi. Il a un sourire amusé, reconnaissant chez elle son propre vice, et les difficultés qu'il peut avoir à l'assumer. Pas qu'il ait peur qu'on le juge là dessus, non. C'est plutôt qu'il rechigne à s'avouer que s'il ne fume pas cette cigarette dans les meilleurs délais, il en ressentira le manque. Terrible égratignure pour son égo que cette sensation d'être dépendant d'un si dérisoire objet.

    Caleb, à Alyosha : Volontiers.

    Il lui tient la porte au moment de sortir, craque une allumette, et lui propose de lui allumer sa cigarette avant de s'occuper de la sienne propre.

    Caleb, sur un ton faussement détaché mais badin : Vous aussi vous vous dites parfois que vous essaierez d'arrêter la semaine prochaine ?  

    Il tire sur sa cigarette comme pour reprendre son souffle et expire dans une sorte de long sifflement.     Oui, ça non plus il ne se l'avoue pas, mais quelque chose est en train de saigner pensée en valsant sur ses nerfs. C'est cette carte de tarot. Elle ne peut appartenir qu'à la sorcière. A-t-il vraiment le choix de croire à une coïncidence ? Ou leur destin à tout deux se trouverait-il une nouvelle fois réuni ? Elle lui avait dit pourtant, que ce seraient des adieux cette fois-là. Mais pouvait-on réellement croire les mots qu'elle prononçait ? Avait-il jamais entendu la moindre vérité d'elle ?
    Il faudrait qu'il en parle à Army.



    Arcade n'est pas déçu de voir Caleb sortir. Il se dandine un peu sur son fauteuil pour reprendre une posture plus confiante et mobile.

    Arcade : Des roux ? Oh non, y en a pas beaucoup. Mais quand y en a, généralement on les trouve pas beau. C'est pas une bonne couleur les gens ils disent. Ça serait la couleur du diable, tu vois.

    L'histoire des livres qu'on dit ou qu'on lit dans le cicatrice lui paraît bien plus obscure. Sans doute ça plairait à Joshua, il devrait peut-être écouter pour le lui raconter plus tard. Pourtant il détourne les yeux, espérant que cela détournera aussi son audition. Ces histoires-là ne lui plaisent jamais à lui. Il se lève alors avec son assiette vide et se dirige vers le bar où Sarah est à faire la vaisselle. Arcade lui tend l'assiette, puis naturellement s'arme d'un torchon pour essuyer au fur et à mesure ce qu'elle nettoie.

    Arcade : Dis donc M'dame, c'est toujours ce genre d'ambiance ici ? Oui, je sais que je ne devrais plus trop la ramener, mais bon, je suis là. Et un bar ce n'est quand même pas fait pour parler de choses si sérieuses et macabres. Il faudrait peut-être mettre de la musique, vous croyez pas m'dame ? Ça vous ennuie pas si j'vous aide ? Ça va m'dame ? Vous avez l'air de quelqu'un de tracassé par quelque chose.

    Bon, c'est clair qu'en se tournant vers Sarah, il ne se rattache pas non plus à la personne la plus enjouée de l'assemblée. Mais Yunna est occupée à mettre le doigt sur les cicatrices de Dante, et Alyosha est sortie avec l'homme qui a un flingue. Faut bien faire avec ce que la fortune vous laisse !
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 25
    Humeur : cambridgienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Dim 9 Sep - 21:42

    La respiration de Cassandre est maintenant profonde, pleine du poids d'un sommeil sans rêve. La fatigue a vaincu l'enfant et son front repose contre le torse de son père. Dante y écarte quelques boucles avant de laisser son regard bleu de mer glisser à nouveau vers Yunna. C'est un esprit perspicace qui l'anime, plein d'une poésie qui rend plus doux-amer encore l'empathie de ses yeux de fillette sur son corps. Pour autant, cette fois, le silence ne peut être gardé, la question est directe, franche. La réponse le sera sans détours et il vaut mieux qu'Alyosha s'éloigne et ne l'entende pas. L'enfant, Dante le sait, est plus apte à l'entendre que la mère. Aussi, alors que des fourmillements continus animent maintenant son bras mécanique où s'activent les outils de Salomé, s'éclaircit-il la gorge pour répondre.

    Dante (qui n'a pas besoin de regarder son torse pour savoir quelle cicatrice évoque Yunna): Il y a plusieurs réponses à cette question. Pour moi, cette cicatrice c'est celle qui a sauvé ma soeur. Pendant quelques temps du moins. Pour ceux qui me l'ont faite cela faisait partie d'une expérience. (il marque une pause. Il n'ira pas plus loin si l'enfant ne le demande pas. Il ne veut pas la brusquer, ni lui imposer quoique ce soit de son histoire. Il sent la main de Salomé se fermer sur sa main mécanique. Il sent sa chaleur et resserre le métal sur la chair de sa femme. Leurs regards se trouvent sans avoir à se chercher. Puis, sans quitter Salomé des yeux, il demande à Yunna) Tu sais quelle est ma cicatrice préférée? (il repose son regard sur l'enfant) Tu vois la tâche mauve là? ( Il lâche la main de Salomé et désigne de sa main mécanique une trace en dessous des côtes sur son flanc droit). J'avais vingt et un an et j'étais soldat. Au départ, j'étais heureux de défendre une cause corps et âme.... J'étais fou... Fou de jeunesse et d'ignorance. Mais les guerres ça vieillit et ça fatigue. Un jour où j'étais fatigué de tuer des gens pour des idées auxquelles je ne croyais plus, j'ai refusé de tuer des enfants. Jusqu'à présent, je me battais contre des soldats comme moi et pour la première fois on m'ordonnait de tuer des enfants parce que leur père avait, peut-être, porté préjudice à la cause. J'ai été mis aux arrêts mais un ami m'a aidé à m'échapper et je me suis fait tirer dessus dans la fuite. J'ai du chercher un médecin et c'est grâce à cette blessure que j'ai rencontré Salomé pour la première fois.

    A ses côtés la rousse à refermé la prothèse et dans un sourire range ses affaires. Elle relève la tête vers Yunna et lui adresse un clin d'oeil.

    Salomé (en faisant mine de murmurer pour que Dante ne puisse pas entendre): En fait, on s'était déjà croisé mais on n'avait jamais vraiment parlé. Nos deux familles faisaient partie du même milieu et lors de soirées nous avions été présentés mais il ne s'en souvient pas! (Salomé lance un regard amusé à Dante qui ne peut retenir un sourire. Elle a raison. Il n'a aucun souvenirs d'une rencontre avant l'incident qu'il vient de relater mais il sait pertinemment qu'ils ont été aux mêmes dîners et ont dû se croiser avant.)

    Dante serre et desserre sa main mécanique pour vérifier son état. Salomé le regarde faire en attendant sa réaction, son retour sur l'état de la prothèse. Lorsqu'il est certain que tout est revenu à la normale, il relève la tête vers Salomé et sans un mot se penche vers elle pour venir chercher ses lèvres. C'est un élan franc, un merci tendre par le geste que Salomé accueille avec douceur même si elle préférerait qu'il ne soit pas sous le regard de Yunna. Lorsque le visage de Dante se recule, ses doigts l'accompagnent en glissant le long de sa mâchoire.

    Salomé (pour Dante seulement): Fait attention à ton nez.

    Il acquiesce et se relève avec précautions. Cassandre est toujours dans ses bras et semble commencer une nuit bien méritée. Le barman se lève en veillant à ne pas la réveiller. Il attrape le t-shirt taché de sang et la veste que lui tend bientôt Salomé.

    Dante (à sa femme principalement): Je vais la coucher et je vais en profiter pour me rincer le visage et changer de haut.

    Salomé (en acquiesçant): tu peux me redescendre un pull s'il te plait, j'ai un peu froid...

    Dante hoche la tête et se penche sur elle pour embrasser son front avant de la laisser.

    Il passe bientôt près de Sarah et Arcade, soutient le regard du gamin lorsqu'il le croise comme une mise en garde silencieuse. Il ouvre alors la porte derrière le bar et disparaît dans l'escalier menant à l'étage.

    Seule avec Yunna, Salomé se lève et l'invite à la suivre vers le comptoir où la médecin retrouve Sarah et sa chevelure rousse comme la sienne.


    Salomé (à Arcade et Yunna): Vous voulez faire quoi les jeunes? Un jeu?

    Avant qu'ils ne répondent, Saly se sera retournée vers Sarah.

    Salomé (inquiète et en massant son ventre qui tire un peu): Jore a un problème?
    avatar
    groskrox
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 29
    Date d'inscription : 28/08/2014
    Messages : 563

    Re: Le salon des personnages

    Message par groskrox le Lun 10 Sep - 17:05

    Alyosha accepte volontiers l’allumette tendue par Caleb :

    Alyosha : tiens, ça fait des années que je n’avais pas vu quelqu’un qui utilise des allumettes. Ca ne me rajeunit pas tout ça ! Mais vous savez ce qui vous fait vous sentir plus vieille encore ? Les enfants. Tout passe trop vite avec eux et ils sont le centre de tout. Vous voyez ? Même quand ils ne sont pas là, il faut que j’en parle. (elle sourit à la question de Caleb) Comme tout le monde. J’aurais déjà abandonné si mon mari n’était pas derrière moi sans arrêt. « L’important, c’est d’essayer » qu’il dit toujours. Je voulais arrêter pour les enfants. J’ai bien tenu deux fois neuf mois. (Une lueur de culpabilité dans les yeux). Excepté pour Nikolai, j’ai craqué une fois. Dieu merci, on ne m’a pas punie pour cela.

    La nicotine fait déjà effet, elle est à la fois plus calme, mais ses idées lui paraissent encore moins claires. Elle reprendrait bien une seconde cigarette, mais ne s’y risquera pas.

    Alyosha : et vous, c’est votre femme qui vous aide à arrêter ? Enfin, je dis cela sans savoir si vous êtes marié ! Y a-t-il une charmante personne qui a su conquérir votre cœur ?

    Yunna écoute Arcade, mais le voit disparaître avant qu’elle ait pu lui répondre. La couleur du diable ? Elle ne savait pas. Pourtant, ni Salomé, ni Cassandre, ni Sarah ne semblent avoir de ressembler au diable. D’ailleurs Yunna n’y croyait qu’à moitié à cette histoire de diable : elle se l’imaginait toujours comme un bonhomme grincheux qui faisait des bêtises pour qu'on lui accorde un peu d'attention. Mais il ne fallait surtout pas le dire aux grands et encore moins à l’église.

    Elle écoute ensuite Dante avec sérieux, ce qui est plutôt inhabituel de sa part. Plus que les mots, ce sont les gestes qu’elle observe, cette réappropriation du corps à travers ce qu’il lui montre. Quand il lui confie quelle est la cicatrice qu’il préfère, elle assimile l’exercice à un jeu, oubliant presque les horreurs qui l’accompagnent.
    Cependant, lorsque Dante parle de tuer des enfants, le visage de Yunna blêmit. Elle n’avait encore jamais entendu parler de ce genre d’histoires.


    Yunna : Oh, vous avez bien fait, il ne faut pas tuer les enfants ! Je croyais que les guerres, c’était juste des histoires d’hommes qui se battaient entre eux, mais les enfants, ils ne peuvent pas se défendre. Pourquoi on ferait cela ?

    Elle écoute ensuite l’histoire de la rencontre entre Salomé et Dante.

    Yunna : Moi, je me serais souvenu si je vous avais rencontrée, même une seule fois !

    Elle rougit sans trop savoir pourquoi. Ce n’est que lorsque Dante décide d’aller coucher Cassandre que Yunna se rend compte qu’elle s’est endormie.

    Yunna : zut, je voulais lui dire au revoir. On sera déjà parties quand elle se réveillera.

    Elle a l’air ennuyée à cette idée, mais lorsque Salomé propose de faire un jeu, son attitude s’illumine à nouveau :

    Yunna : ouais, un jeu ! Un cluedo ! Ou non, un pictionnary plutôt (elle fronce les sourcils). Mais Cassandre a pas eu le temps de m’apprendre à dessiner.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Mar 25 Sep - 21:00

    Spoiler:
    Est-ce qu'on t'attend Elijah ou est-ce qu'avec ta rentrée tu n'as plus assez de temps ?
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 24
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 62

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Mar 25 Sep - 21:18

    Spoiler:
    Malheureusement j'ai la tête complètement sous l'eau avec le début de mon alternance. Le mieux serait que vous continuiez sans moi pour le moment. Sarah aura rejoint la cuisine et je vous reviendrais dès que je pourrais reprendre
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 26
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 667

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Mar 25 Sep - 21:27

    Spoiler:
    Bon courage I love you!

    Contenu sponsorisé

    Re: Le salon des personnages

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 17 Déc - 12:34