Le salon des personnages

    Partagez
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Dim 16 Aoû - 21:16

    Dante embrasse le front de Cassandre et la redonne à sa mère après un dernier sourire pour le bébé qui lutte contre le sommeil. Le barman s'éloigne pour prendre la direction des cuisines, mais glisse avant à Annaelle.

    Dante, dans un murmure: on en crevait tous d'envie Annaelle et ce type est un vrai con, mais s'il te plait n'envenime pas les choses.

    Salomé, caressant les cheveux de Cassandre qui ferme doucement les yeux: Oui, même si je n'aurai pas du le devenir. D'où je viens les femmes de la haute société ne travaillent pas mais rien n'est éternel et surtout pas les civilisations, alors quand les temps changent on change aussi.
    avatar
    Amandyne
    Keep Calm and Write On

    Humeur : Alcoolique
    Date d'inscription : 05/07/2014
    Messages : 38

    Re: Le salon des personnages

    Message par Amandyne le Dim 16 Aoû - 21:18

    Ishra : Votre amie... L'aurai-je vexée d'une quelconque manière ?

    Ishra jette un œil à Annaelle puis à Dante, Salomé, Enora et Andrea. Elle perçoit les tensions et se tortille sur son siège. Elle est assez mal à l'aise.
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 23
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Dim 16 Aoû - 21:46

    Ishra : Votre amie... L'aurai-je vexée d'une quelconque manière ?
    Marlow lui offre un sourire pensif tandis que lui échappe dans un murmure "c'est Annaelle"
    Marlow : Vous n'étiez qu'un dommage collatéral. Ne prenez pas trop à coeur ses paroles. Mademoiselle?

    Annaelle adresse un regard à Dante, un regard qui le met au défi de lui adresser le moindre reproche.
    Annaelle, en persiflant : Il n'avait pas à te traiter de la sorte, Dante.
    avatar
    Amandyne
    Keep Calm and Write On

    Humeur : Alcoolique
    Date d'inscription : 05/07/2014
    Messages : 38

    Re: Le salon des personnages

    Message par Amandyne le Dim 16 Aoû - 21:49

    Ishra acquiesce, un peu déçue.

    Ishra : Mon nom est Ishra. Et vous ?
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 25
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 603

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Dim 16 Aoû - 21:51

    Enora acquiesce devant les propos de Salomé. Elle-même a pu toucher du doigt les limites de sa propre civilisation. Entrevoir la force de son basculement.

    Enora : C'est peut-être, en ce cas particulier, un changement bénéfique ? Tout du moins utile. D'où venez vous ?
    avatar
    Gina M.
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Date d'inscription : 15/08/2015
    Messages : 448

    Re: Le salon des personnages

    Message par Gina M. le Dim 16 Aoû - 21:53

    Une main décidée mais aux élégantes ondulations fit gémir une nouvelle fois la poignée et teinter la clochette coiffant la porte. Des escarpins aux fins talons claquèrent au sol, accompagnés par le bruissement de trois longues jupes de soie brodée traînant presque à terre. Dans une démarche aérienne à la feinte nonchalance, une demoiselle de taille moyenne passe le seuil de l'établissement. Sur sa bouche étroite aux fines lèvres maquillées avec discrétion fleurit un sourire distingué qu'elle offrit à l'ensemble des occupants des lieux, qu'elle embrassa rapidement de ses yeux gris bleus ricochant sur les uns et les autres. Ses doigts fins ôtèrent en toute grâce un petit chapeau découvrant des boucles châtain ornées de perles, puis le manteau qui laissa voir un robe Renaissance aux cascades de perles.
    Elle tendit manteau et chapeau au grand jeune homme qui venait d'entrer derrière elle. Gardant ses larges yeux noirs baissés, demeurant droit et statuaire, il reçut - à défaut d'un regard - les atours qu'il devait garder, et inclina très discrètement la tête en guise de salut à son arrivée. Sous une tignasse corbeau ondulée et désordonnée, les traits droits de l'individu restaient neutres. Ses habits d'une modestie extrême laissaient apparaître les premières traces d'usure. Remplaçant l'ombre de la demoiselle, il ne se déplaça dans son sillage que lorsqu'elle avança à travers la salle pour rejoindre le bar.


    Florentyna. (avenante et distinguée) Messieurs, Dames, bonsoir. (à Dante, au bar) Puis-je dîner et passer ici cette nuitée avant de poursuivre ma route ?

    Son regard aura accroché au passage la curieuse jeune fille affublée de ce qui semblait être... des ailes ? Elle n'extériorisa cependant rien de sa surprise sur ses traits de porcelaine à la neutralité sans faille.


    Dernière édition par Gina M. le Dim 16 Aoû - 22:01, édité 1 fois
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Dim 16 Aoû - 22:00

    Salomé, dont le sourire se crispe: c'est compliqué... nous n'avons plus vraiment de "chez nous". Notre monde a été détruit par... l'avidité de certains et l'ignorance d'autres. Je ne suis pas certaine que ce changement soit fondamentalement bénéfique... Biensûr sans lui, je ne serai pas devenu médecin, je n'aurai pas épousé Dante, Cassandre ne serait pas là... et j'aime ces aspects là de ma vie je les chérie, mais il y a beaucoup de fantômes dans nos pas et parfois c'est difficile de les sentir derrière nous.
    Salomé détourne le regard et salut la nouvelle arrivée.


    Dante haussant les épaules: J'ai connu pire Annaelle, c'était pas grave. (puis après s'être éclaircie la gorge, il lance pour l'inconnue) Il y a de la place pour la nuit. J'espère que vous aimez la cuisine simple.
    avatar
    Gina M.
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Date d'inscription : 15/08/2015
    Messages : 448

    Re: Le salon des personnages

    Message par Gina M. le Dim 16 Aoû - 22:08

    Florantyna hocha la tête à l'intention de Samomé, puis de Dante.

    Florentyna. (à Dante, sans se départir de son léger sourire) Très bien, cela me conviendra. Je vous remercie, Messire.... Comment est-il permis de vous nommer ? (A son ombre, avec autorité mais sans aucune rudesse) Règle les formalités pécuniaires avec Messire. Ma bourse est dans la poche du manteau. Tu monteras mes effets personnels à l'étage, ensuite.

    Jérémie. Bien Maîtresse. (son regard se pose timidement sur Dante, semblant attendre qu'il précise le coût de la nuitée)
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 23
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Dim 16 Aoû - 22:08

    Ishra : Mon nom est Ishra. Et vous ?

    Marlow prends alors délicatement la main de cette étrange jeune femme pour la porter à ses lèvres, dans un geste théâtral.
    Marlow : Ishra, ne laissez pas cette maladresse éteindre le ravissant sourire que vous portiez à votre entrée et savourez plutôt, ce plaisir que vous preniez à vous trouver en ces lieux. Au délicieux mépris des ordres de votre soeur.

    Annaelle n'adresse qu'un rapide regard méfiant à l'inconnue avant de reporter son attention sur Dante.
    Annaelle : Cela ne justifie pour autant pas ce geste ! Elle garde alors le silence un moment avant d'imposer. Laisse moi t'aider en cuisine.
    avatar
    Amandyne
    Keep Calm and Write On

    Humeur : Alcoolique
    Date d'inscription : 05/07/2014
    Messages : 38

    Re: Le salon des personnages

    Message par Amandyne le Dim 16 Aoû - 22:13

    Ishra rougit quand Marlow lui prend la main et retrouve le sourire.

    Ishra : Il semblerait que vous soyez celui qui me redonne le sourire... J'espère qu'il en sera de même pour votre amie.

    Les ailes d'Ishra frémissent à l'arrivée de l'inconnue. Sa stature et sa démarche l'impressionne.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 25
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 603

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Dim 16 Aoû - 22:16

    Le regard d'Andrea vrille un instant lorsqu'il aperçoit Florentyna. Ce maintien, cette démarche, cette fierté légère comme un parfum, lourde comme une malédiction. Un autre visage se calque sur celui de la jeune aristocrate, juste un instant qui suffit à lui labourer la gorge. Il détourne le regard.

    Enora écoute Salomé et sent bien qu'elle met le doigt sur une suture délicate et fragile.


    Enora : Je vous souhaite d'apprivoiser ces fantômes un jour. Pour que vous conveniez ensemble des jours où ils pourront vous visiter.

    Enora accueille d'un chaleureux sourire la nouvelle arrivante, de haute naissance de tout évidence, et aimant le montrer. Cependant, elle tique sévèrement en entendant ce qu'elle pensait être un valet répondre "maîtresse". Ce n'était donc pas un domestique, mais un esclave. Cela expliquait son habit si pauvre, sur le point de se trouer par endroit. Son sourire disparut bien vite pour faire place à une expression plus raide et distante envers la jeune femme.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Dim 16 Aoû - 22:25

    A la vue de Jérémie, le visage de Dante de durcit et son regard soudainement sombre se reporte sur l'inconnue.
    Dante, croisant les bras sur son torse, murmure: Annaelle, descend en cuisine je te rejoins.
    Reportant son regard sur l'esclave, Dante l'invite d'un mouvement de menton à le suivre sans prendre la peine de répondre à sa maîtresse.


    Salomé observe non sans tristesse Jérémie et murmure plus pour elle même que pour Enora: la pauvre créature...
    avatar
    Gina M.
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Date d'inscription : 15/08/2015
    Messages : 448

    Re: Le salon des personnages

    Message par Gina M. le Dim 16 Aoû - 22:43

    Florentyna releva le regard méfiant d'Anaelle mais n'en fit pas cas, s'occupant plutôt à rendre leurs discrets saluts à Ishra et Enora. Elle écouta au passage les conversations portant sur la vie de Salomé. Une femme médecin ? Et au passé brumeux ? Passionnant ! L'aristocrate entreprit de s'approcher de la rousse pour engager la conversation, souriant tendrement au nourrisson au passage, mais le changement d'attitude d'Enora détourna son attention. Elle haussa très légèrement un sourcil en s'apercevant que les traits de cette dernière s'étaient mystérieusement assombris. Sans en comprendre la raison ni trop la chercher, ses pupilles glissèrent vers Andrea, dont elle avait perçu le trouble à son apparition. Florentyna répondit d'un regard paisible et cependant teinté de fierté, tout en tirant son éventail qu'elle déploya près de sa joue. Les cahots de la route lui avaient donné un peu chaud.
    Elle cessa son mouvement cependant en comprenant que Dante n'était pas disposé à lui répondre et se contentait d'entraîner l'esclave avec lui. Sans doute allait-il préparer ce qu'elle avait demandé. Mais la raison de cette impolitesse lui demeurait obscure. Elle décida de n'en point faire cas cette fois.


    Florentyna (approchant de Salomé, hochant poliment la tête) Me puis-je joindre à vous Madame ?

    Jérémie, pendant ce temps, n'avait pu empêcher sa curiosité de ne perdre aucune miette des propos échangés depuis son arrivée, même s'il prenait bien garde de n'absolument rien laisser apparaître. Une dame ailée, une femme Docteur, deux duos aussi surprenants et peu assortis l'un que l'autre. Quel endroit étonnant... L'esclave s'était immobilisé l'espace d'une seconde à la remarque compatissante de Salomé à son sujet. De la pitié pour sa situation ? Toutes les personnes qu'il rencontraient trouvaient cela ordinaire et ne lui prêtaient pas d'attention. Le sombre jeune homme se pinça discrètement la lèvre, partagé entre son inconfort à susciter la pitié et sa sympathie pour cette femme qui le plaignait. Il suivit finalement Dante, d'un pas discret.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Lun 17 Aoû - 8:31

    Dante pousse la porte à gauche du comptoir et laisse passer Jérémie avant de la refermer. Ils se trouvent maintenant dans un couloir étroit qui ne sert que de palier à deux escaliers. Un premier montant vers les chambres, le second s'enfonçant vers les cuisines. Le Barman entame la montée des marches, sans un mot pour l'homme le suivant mais une fois en haut, après être passé devant des portes closes, Dante s'arrête devant l'une d'elle. Il cherche dans son tablier un trousseau de clefs, le sort et en teste une première qui se trouve être la bonne. Pour autant, il ne pousse pas la porte et pour la première fois pose véritablement son regard sur Jérémie.

    Dante, plentant son regard bleu dans celui du jeune homme: J'ai été esclave aussi, d'une certaine manière. Je sais ce que signifie ne pas avoir de droits, ne pas avoir de valeurs, ne même pas être regardé comme un humain. S'il y a quoi que ce soit que je puisse faire, dis-le et je t'aiderai. (il marque une pause puis tend sa main droite à Jérémie) Je m'appelle Dante. La rousse en bas s'appelle Salomé. C'est ma femme. Si tu as besoin de quoique ce soit, de soins, n'hésite pas à lui demander, elle le fera avec plaisir.



    Salomé cherche le regard d'Enora et hésite sur ce qu'elle doit répondre. Elle finit cependant pas acquiescer, timidement. Dans ses bras Cassandre a été vaincue par le sommeil et dort profondément, en bavant sur l'épaule de sa mère.

    Salomé, dans un sourire un peu forcé: Bienvenue. Vous avez du faire un long voyage.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 25
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 603

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Lun 17 Aoû - 10:16

    Enora aura simplement hoché la tête devant l'hésitation de Salomé. Cependant, il n'est pas dans ses habitudes d'épargner ses opinions et de laisser courir un malaise.

    Enora à Florentyna d'un ton amical mais ferme : Bonsoir mademoiselle. Excusez notre embarras, mais je pense qu'en ce lieu, personne n'approuve l'esclavage. Je me doute bien que cela coule de source de là où vous venez, cela ne me surprend pas tant cette pratique trouve de partisants, et on ne saurait trop vous blâmer en cela. Mais veuillez, je vous pris, par respect pour chacun d'entre nous, alléger la servitude de ce jeune homme. Considérons ici une zone de liberté égalitaire afin de préserver les convictions et l'individualité de chacun. Vous n'en serez pas moins noble, croyez moi.

    Andrea a un sourire amusé devant la franchise cavalière de sa belle soeur.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Lun 17 Aoû - 11:23

    Se raccrochant à l'assurance d'Enora, Salomé ajoute: Mon mari ne tolèrera pas d'esclaves ici, pas plus que moi. Nous avons vu les notres être parqués et utilisés comme des bêtes de somme jusqu'à en mourir et encore, cette mort était peut-être la plus enviable qui s'offraient à eux. Dante en porte les stygmates, alors si à défaut de reconnaître de l'humanité en ce jeune homme vous en trouvez en nous, je vous le demande, rendez lui sa liberté, du moins tant que vous serez ici.
    avatar
    Elijah
    Membre d'honneur
    Membre d'honneur

    Age : 23
    Humeur : Longboard time ! Summer is comming !
    Date d'inscription : 30/04/2014
    Messages : 237

    Re: Le salon des personnages

    Message par Elijah le Lun 17 Aoû - 11:33

    Ishra : Il semblerait que vous soyez celui qui me redonne le sourire... J'espère qu'il en sera de même pour votre amie.
    Marlow lui offre en retour un sourire satisfait, comblé par son petit effet. C'est alors qu'il remarque l'entrée de cette inconnue. Son sourire s'élargit, tandis que son regard se fait appréciateur. La soirée se promet d'être amusante à défaut d'intéressante. La seule chose qui le distrait dans le duo pathétique formé par cette jeune femme et son ombre misérable, c'est d'imaginer quelles seront les effets d'une telle présence en ces lieux.
    Marlow, en se penchant vers Ishra pour adopter un ton complice sans paraître le moins du monde désolé: Je n'ai pu m'empêcher d'entendre votre conversation. Si je puis me permettre, ne prenez pas cette peine d'entrer dans les rangs. Votre vie serait d'un ennuie. (il insiste sur ce dernier mot) Vous n'êtes pas faites pour demeurer enfermer dans une cage. Prenez la scène qui vous revient de droit et jouer votre rôle avec prestance, c'est à vous d'imposer votre présence et au reste du monde de l'accepter. Votre soeur s'y fera, ne la laissez pas dicter votre conduite et prenez cette liberté qui vous revient de droit. Votre prestation n'en sera que plus délicieuse.

    Annaelle ne se fait pas prier pour descendre en cuisine, non sans avoir dévisager au préalable l'esclave.


    Dernière édition par Esclarmonde le Lun 17 Aoû - 11:58, édité 4 fois
    avatar
    Gina M.
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Date d'inscription : 15/08/2015
    Messages : 448

    Re: Le salon des personnages

    Message par Gina M. le Lun 17 Aoû - 11:44

    Jérémie suivit Dante, toujours le regard baissé et d'une démarche sur la réserve. Il leva cependant la tête et fut happé par son regard intense, puis écarquilla les yeux en l'écoutant lui parler aussi fraternellement, non sans s'étonner de ses confidences. Le grand jeune homme hésite une seconde, puis esquisse un sourire en tendant aussi la main pour serrer énergiquement celle de Dante. Une lueur de surprise, mais surtout de grande émotion, anime ses deux puits sans fond qu'on aurait pu croire vidés, ne possédant même plus une goutte à verser.

    Jérémie (de sa voix sombre, et d'abord tâtonnante) Messire... (se reprend) Dante. Merci... Merci infiniment. Je suis très touché par votre... ton attention. (avec un peu plus d'assurance, pour se présenter à son tour et retrouver une premier lambeau de dignité) Je m'appelle Jérémie.

    L'espace d'une seconde, il sembla comme sonné, hagard à cette étrange sensation de rappeler son nom, ignoré depuis des années. L'esclave se reprend aussitôt et affiche même une certaine prestance, dans son maintien, ses épaules carrées et ses traits de statue romaine - bien qu'émaciés et à l'allure sauvage d'un Jean le Baptiste. Il refusait de faire pitié, voulait honorer celui qui le traitait si bien. Déjà, mille questions le brûlaient. Qu'avait donc vécu Dante ? Comment avait-il été asservi ? Pourquoi ? Il n'osa cependant demander, tout comme il ne réclamera pas immédiatement à manger, à boire, ni que Salomé panse ses blessures. Son regard cependant criait sa curiosité, tandis qu'il hochait la tête pour acquiescer à la présentation de l'homme.


    Au rez de chaussée, Florentyna venait de s'approcher de Salomé, qui lui avait aimablement adressé la parole - non sans une gêne palpable toutefois.

    Florentyna. Merci à vous, Madame. Oh oui, la route est longue je dois rejoindre le domaine de mon promis, où le reste de la famille m'attend déjà. Cette halte est le bienvenue. Mais pardon... Je ne me suis point présentée... Comtesse Florentyna de Monthoux. Et à qui ais-je l'honneur ?

    Enora approcha alors et développa ce qui fit immédiatement comprendre à la noble la cause d'un tel malaise. Elle eut un très léger recul de surprise en entendant que cette assemblée n'approuvait pas ce qui lui semblait depuis toujours relever d'un droit naturel. Ce fut sans contrariété aucune, mais plutôt avec son intérêt pour la philosophie et l'analyse sociale, que Florentyna écouta ce que détaillait la jeune femme.

    Florentyna. Très bien, Madame. Je respecterai ce système qu'est le vôtre. (d'une voix douce et témoignant de sa curiosité) Voudriez-vous m'instruire un peu de ceci ? Aïeux, livres et précepteurs m'ont toujours donné cette pratique pour naturelle. Force de la coutume. Est-il des penseurs préconisant cette égalité ? Est-on éduqué à cela, là d'où vous venez ? (Elle entendit alors Salomé révéler que son mari avait été asservi. Elle ne répondit rien, gardant un silence respectueux qu'elle juge de circonstance, et acquiesce seulement avec gravité.) Je comprends. Pardonnez-moi mais que s'est-il passé ?
    avatar
    Amandyne
    Keep Calm and Write On

    Humeur : Alcoolique
    Date d'inscription : 05/07/2014
    Messages : 38

    Re: Le salon des personnages

    Message par Amandyne le Lun 17 Aoû - 12:32

    Ishra ne sait quoi répondre. Les paroles de Marlow résonnent dans sa tête. C'est ce qu'elle aurait voulu entendre depuis des années.

    Ishra : Monsieur, j'ignore qui vous êtes mais je vous apprécie déjà ! Même si, je crois, la vie n'est pas une scène de théâtre, j'aimerai pouvoir écrire mon propre destin.

    Ishra repense soudain aux deux derniers arrivés.

    Ishra : Cependant, ma situation n'est pas la plus à plaindre. Voyez cette dame... Elle a tout, comme moi sans doute. Mais l'homme qui l'accompagne... On dirait qu'il n'est rien, à peine plus important qu'un meuble. Alors peut-être devrai-je cesser de me plaindre, non ? (se tournant vers l'endroit où a disparu Annaelle) Et je pense ne pas avoir autant souffert que la moitié des gens ici.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Lun 17 Aoû - 13:13

    Dante serra fermement la main du jeune homme dans un sourire en partie mangé par sa barbe.


    Dante
    , relachant la main de Jérémie et poussant la porte: Bien, Jérémie, une première chambre ici pour...(à défaut de trouver d'autre mot et à regret)... ta maîtresse...et pour toi (Dante va ouvrir une autre porte), celle-ci. (détaillant à nouveau Jérémie). Que dirais-tu de vêtements propres? Je dois avoir une ou deux chemises qui feront l'affaire. Biensûr, tu es plus grand que moi et je suis plus trapu, mais ce sera toujours mieux que ce que tu portes.


    Salomé, que la réponse de Florentyna et sa curiosité ne parvenait pas à mettre à l'aise: S'il juge bon de vous en parler, Dante vous racontera.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 25
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 603

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Lun 17 Aoû - 13:34

    Enora se radoucit d'un sourire voyant que la jeune comtesse était prête à faire preuve de compréhension. Aussi se présenta-t-elle.

    Enora : Je suis la Grande-duchesse Enora Terman de Maël. (Elle prit quelques instants de réflexions avant de répondre) Eh bien, des penseurs, oui. Leurs noms vous seraient sans doute étranger. Ce qui est certain c'est que la force des coutumes ne pèse pas moins lourd que le voile noir de l'ignorance sur l'intelligence d'un pays. Elles justifient l'injustifiable tout aussi sûrement et béatement. Il est de notre devoir de sans cesse critiquer ce que nous sommes et là d'où nous venons, d'interroger notre héritage, si nous voulons être maître de là où nous irons pas la suite. L'esclavage est une pratique cruelle qui prend bien souvent racine sur une injustice que chaque cœur ici trouverait honteuse et contraire à toute morale. Nous pourrons, pour prouver ceci, demander au jeune homme qui vous accompagne son histoire. Ensuite, il s'agit simplement de nous. Mes domestiques sont des hommes et des femmes libres, payés, nourris, hébergés et traités avec considération et dignité. Si vous méprisez l'homme qui travaille pour vous, et si vous déniez jusqu'à son humanité pour le réifier, que cela dit-il de vous ? Que cela fait-il de vous quand vous n'êtes assurément pas plus humaine qu'il ne l'est - et ceci, la science l'a prouvé à plusieurs occasion ? La valeur que l'on accorde à la vie d'un homme est une valeur universelle, qui s'appliquera à chacun. Et si ce n'est ni pas bienfaisance, ni pas compassion que nous déclarons chaque homme libre, soyons intelligents : pensons aux esprits vifs que nous réduisons au silence et gardons en tête que personne ici n'est à l’abri d'une injustice.
    avatar
    Tanis
    The first of us
    The first of us

    Humeur : Lhamasticocoricot
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 729

    Re: Le salon des personnages

    Message par Tanis le Lun 17 Aoû - 15:24

    Très discrètement, la porte s'ouvre sur la silhouette menue d'un jeune garçon, d'une douzaine d'années. Il referme doucement derrière lui, essoufflé, et embrasse la pièce du regard, notant chaque détail intéressant tout en reprenant une respiration normale.

    Seamus (chuchotant pour lui-même) : Étrange que je n'ai jamais remarqué cette enseigne avant...

    Il repère très vite le plus grand fauteuil du salon, près de la cheminée. Il esquisse une légère grimace en voyant le couple déjà installé devant l'âtre, mais décide d'avancer malgré tout. Conscient de l'importance des apparences, il remet un peu d'ordre dans ses vêtements et ses cheveux avant de s'approcher du fauteuil.

    Seamus (encore un peu essoufflé, il bute sur le premier mot avant de reprendre d'une voix normale) : Excusez-moi. Bonsoir. Cette place est-elle libre ?

    Dans un coin de sa tête, une voix résonne avec moquerie : "Tu as vu sa canne ?"
    avatar
    Gina M.
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Date d'inscription : 15/08/2015
    Messages : 448

    Re: Le salon des personnages

    Message par Gina M. le Lun 17 Aoû - 16:43

    Florentyna écouta l'échange entre Ishra et Marlow. Le théâtre des Grands de ce monde... Elle aussi était consciente d'y jouer un rôle, mais arrivait à y trouver certaines satisfactions, au milieu de contraintes dont elle savait la vanité. Le sacrifice. C'était avec fierté qu'elle remplissait son essence. L'honneur. Le bonheur, lui, viendrait ensuite. Une faille cependant. Une seule, qu'elle chérissait autant qu'elle haïssait.
    Les interventions de Salomé puis d'Enora la tirèrent de ses pensées. Elle écouta cette dernière, laissant un de ses doigts effleurer à peine son menton en un geste de méditation aérien. Ainsi, ces doutes qu'elle avait déjà eu quant à l'enseignement reçu s'avéraient des vérités ici : une égalité dans la liberté ?


    Florentyna. (à Salomé) Je comprends. Pardonnez mon indiscrétion. (à Enora) Une universalité. Oui, ma foi me chuchote quelque chose comme cela par moments. Et pourtant, tout - des textes religieux eux-mêmes - m'a porté à envisager une hiérarchie naturelle, et nécessaire peut-être à une orchestration du monde. Je me demande ce qui pourrait rassurer, ordonner, et servir de valeur étalon, si l'on aplanit tout et tout le monde... (Un temps) Pour ce qui est de l'esclavage, j'ai toujours appris que certains êtres sont désignés pour cela, s'ils sont issus d'un peuple vaincu et manquent de la formation suffisante pour se gouverner eux mêmes. Mais... (elle se retint de préciser que la mystérieuse instruction de Jérémie - qu'elle avait un jour surpris lisant en cachette - avait donné le premier coup de pied dans cette théorie.) Peut-être que cela est un leurre bien huilé. Cet esclave qui m'a été cédé pour le voyage, et les autres de mon père, il les a achetés surtout pour, dit-il, canaliser les frustration de ses employés sur des êtres encore en dessous d'eux. Pour leur offrir un peu de pouvoir. Cependant je connais un baron estimant aussi que l'esclavage est vulgaire, que payer son personnel est plus noble. Je m'interroge.

    Elle détourna légèrement le regard lorsque Enora parla d'inviter Jérémie à témoigner de son histoire. Jérémie, cet esclave... Le non-sens incarné, qui horrifiait et fascinait la comtesse. Soudain elle se reprit, porta l'éventail à sa bouche le temps de reconstituer son masque, puis sourit à ses interlocutrices. Son attention dévia sur le très jeune homme aux vêtements sombres qui venait d'entrer. Elle le voit s'approcher de l'homme à la canne qu'elle avait involontairement troublé.


    Jérémie marqua un arrêt lorsque Dante lui proposa une chambre. Pas au pied du lit de la maîtresse. Et des habits neufs. Il sourit et inclina la tête en remerciement. Puis l'esclave entra dans la chambre de la noble, déposa ses affaires, et ouvrit la bourse pour payer la nuit comme demandé. Il n'osera cependant prendre de l'argent à la maîtresse pour régler sa propre chambre. Ses yeux glissèrent au sol. Comment lui pourrait-il dédommager Dante pour ce qu'il lui proposait ? Il ne le pouvait et abandonna l'idée, non sans gêne. Mais l'homme lui offrait certainement tout cela.

    Jérémie. Même un peu petits, tes habits feront largement l'affaire. Merci encore. (Un temps) Tu as donc été... asservi ? Comment cela ? D'où viens-tu, si... si ce n'est pas indiscret...

    Anxieux, Jérémie émit un très léger raclement de gorge. Devait-il vite redescendre servir la comtesse ? Pour l'instant, il fixa malgré tout son attention sur Dante.
    avatar
    Salomé Wilde
    The first of us
    The first of us

    Age : 24
    Humeur : oxfordienne
    Date d'inscription : 02/07/2014
    Messages : 213

    Re: Le salon des personnages

    Message par Salomé Wilde le Lun 17 Aoû - 18:03

    Salomé offre un sourire réservé à Florentyna avant d'embrasser les cheveux de Cassandre qui s'agite dans son sommeil. La jeune mère blêmit violemment en entendant Florentyna donner ce qu'elle pense être la justification de l'esclavage et se retourne vers la porte par laquelle ce sont eclipsés Dante et l'esclave pour vérifier que son mari n'a pas pu entendre ces paroles. La gorge serrée, Salomé se reconcentre sur la conversation qui ne se joue plus qu'entre Enora et Florentyna désormais.






    Dante ne prend que le dû pour une chambre avant d'inviter d'un geste du menton Jérémie à le suivre vers sa propre chambre pour aller chercher ses vêtements. Le barman ne répond pas tout de suite à Jérémie. Il fait quelques pas sans un mot.

    Dante, de cette voix rauque qui semble parfois rendre presque difficile aux mots de s'extraire de sa gorge: La terre où je vivais est morte. Tuée d'avoir donné toutes ses ressources que mon peuple avait vendu contre des échanges technologiques, des vaisseaux, des armes, des choses que nous aurions mis des centaines d'années à développer par nous mêmes... (Dante s'arrête devant la porte de la chambre qu'il partage avec Salomé et l'ouvre. Il laisse entrer Jérémie et entre à son tour. La pièce est plutôt simple. Les murs sont grèges et en dehors des affaires pour bébé, seuls un lit avec une armoire en font la décoration. Dante va ouvrir l'armoire et en sors une première chemise.) Essaie-ça. Nous ne pouvions rester sur cette terre mourante, alors les autres nations ont organisés une aide d'urgence pour nous transporter vers des camps de réfugiés. Certains comme Salomé ont fui par leurs propres moyens et ne sont pas passés par les camps. (Dante sort cette fois un pantalon) Tiens. Là-bas ils étaient sensés nous aider à redémarrer une nouvelle vie, pour cela ils ont mis en place un plan de réinsertion par le travail, sauf que pour eux le travail c'était nous exploiter jusqu'à ce qu'on crève. Et encore ça c'était la période la plus facile. (Il sort une nouvelle chemise et un t-shirt) L'organisme qui gérait les camps ne pouvait plus en assumer le financement, alors ils ont commencé à vendre des réfugiés pour tout est n'importe quoi. J'ai fini dans un centre d'expérimentation médicale. Je ne sais même plus combien de temps j'ai pourri là-bas jusqu'au jour où Ezra, Salomé et Shiney m'ont sorti de là. (Le barman regarde une dernière fois le contenu de l'armoire puis s'assoit sur son lit) Voilà, tu sais tout.
    avatar
    Kean
    Organisateur du Cercle Littéraire
    Organisateur du Cercle Littéraire

    Age : 25
    Humeur : Quem tem alma não tem calma.
    Date d'inscription : 01/07/2014
    Messages : 603

    Re: Le salon des personnages

    Message par Kean le Lun 17 Aoû - 18:17

    Enora vit le jeune garçon s'approcher et s'adresser à elle, ou à Andrea, elle n'en était pas sûr. Elle attendit un instant une réaction de ce dernier, mais il restait visiblement plongé dans quelque pensées troublées tout en feuilletant son livre imbibé de café.

    Enora à Seamus : Apparemment oui, installez vous.

    Elle écoute ensuite le discours de Florentyna, et tente de rester neutre pour ne pas davantage froisser la comtesse.


    Enora, reprenant d'un ton toujours amical, mais parfois se laissant un peu emporté par sa fougue : Des textes religieux il en a existé plusieurs à toutes les époques servant à boire et à manger à la société qu'ils servaient. Vous n'ignorez pas que ces textes sont avant tout une affaire d'hommes. La foi mérite d'en être par moment préservée. Qu'il existe une hiérarchie me semble nécessaire, mais elle n'est pas naturelle. Elle est acquise, historique, hasardeuse et sociale. Nous naissons, vivons et mourrons comme le commun. Et si on ne nous enseigner pas ce que l'on nous dicte depuis notre plus jeune âge, nous aussi, serions deux ignares illettrés. La peur du désordre ne doit pas aveugler notre jugement : notre monde et la vie elle-même est chaotique. La société y donne un sens pour l'entendement humain. Mais ce sens, nécessairement organisé et de ce fait hiérarchique, si on le veut juste, doit être respectueux de chacun, quelque soit le rang qu'il occupe dans cet ordre social. Des vaincus ? Eh bien, dans une guerre il y a toujours un perdant, c'est le principe. Comment savoir si ça ne sera pas vous la prochaine fois ? Les facteurs sont trop nombreux pour ne se résumer qu'à de l'ingérence ou un deus ex machina. Ils manquent de formation ? Saviez-vous lire avant qu'on ne vous l'enseigne ? Je peux comprendre vos doutes, et vous questionnez est déjà je pense la preuve d'un esprit curieux et prêt à apprendre. Mon père a beaucoup voyagé, dans des pays reculé où il a appris de nombreuses vérités toutes différentes, mais toutes valables dans ces contrées. Aussi, il semblerait que nous soyons tous un peu prisonnier de notre lieu de naissance. Continuez de vous interroger. Il n'y a que comme ça que l'on avance.


    Dernière édition par Kean le Lun 17 Aoû - 22:39, édité 1 fois

      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 23:36